Mercurialis perennis, la Mercuriale vivace

Publié le par François

MATTHIOLE (1500-1577) disait des Mercuriales :
"Il y en a deux espèces assavoir le masle & la femelle... On en dit de choses admirables, c’est que le masle fait engendrer un masle, & la femelle une fille... Il y en a qui, à cest effect, mettent cuire de Mercuriale en un pot de terre qui n’ait rien servi, avec heliotropium, et deux ou trois espics (NdA: épices) et laissent bouillir tout cela. Puis deux iours après que les femmes auront esté purgées de leurs fleurs (NdA : règles), faut que elles boyvent de ceste décoction : & qu’elles mangent trois iours durant de l’herbe mesme. Le quatrième iour il leur convient faire embrasser leurs maris au sortir du bain..."
Il est surprenant, n’est ce pas, de constater que déjà au début du XVIIème siècle, on essayait de choisir, grâce à des régimes, le sexe de ses futurs enfants.
Quels que soient le temps et le lieu où il vit, l’Homme a les mêmes soucis et les mêmes impatiences...

Le bon vieux MATTHIOLE avait raison sur un point : il y a bien deux sortes de Mercuriales. Mais pas comme il le pensait : il y a deux espèces distinctes, l’annuelle et la vivace.
Pour le reste, ce qui trompait les naturalistes de l’époque, c’est que les individus de ces deux espèces portent généralement soit des fleurs mâles, soit des fleurs femelles. L’une des particularités de ces plantes est, en effet, d’être dioïques (Ce terme désigne des plantes dont les organes mâles et femelles sont portés par des pieds différents) mais pas toujours !

La Mercuriale annuelle est, quant à elle, l’une de ces plantes dites "mauvaises herbes" que l’on chasse sans pitié de nos jardins.
Pourtant, comme la plupart de ces plantes, elle est loin d’être dénuée d’intérêt... du moins pour ceux qui accordent autant d’importance à la curiosité "scientifique" qu’à la récolte des Radis.
Disons-le tout net : la Mercuriale a inventé le Shrapnell, cette bombe qui fit tant de victimes durant la première guerre mondiale. Explosant avant de toucher le sol, elle expulsait des centaines de billes de métal qui allaient "chercher" leur cible jusqu’au plus profond des tranchées !
Notre Mercuriale en fait un usage autrement plus pacifique ("Faites l’amour, pas la guerre", disaient les slogans de 1968) et n'utilise le Shrapnell que dans son mode de pollinisation : certaines cellules de la fleur mâle se gorgent d’eau de rosée au petit matin au point que, par éclatement de ces cellules,  toute la fleur finit par être éjectée par la plante, et par exploser littéralement en vol, éparpillant ainsi le pollen dont elle est chargée, laissant ensuite au vent le soin de la transporter jusqu’à une autre plante... Surprenant, non ?

La Mercuriale appartient à la famille des Euphorbiacées.

Etymologie: Les Mercuriales se sont vu attribuer par PLINE L’ANCIEN (23-79) le nom du dieu Mercure, qui aurait fait connaître aux hommes leurs propriétés médicinales.
En effet, MATTHIOLE (toujours lui), nous affirme: "PLINE en dit :...la Mercuriale, que d’aucuns appellent Parthenium, fut premièrement inventée par Mercure: & c’est pourquoy les Grecs la nomment Hermon poa (NdA: Herbe d’Hermès, l’équivalent grec de Mercure), & nous, Mercuriale..."

Il faut encore mentionner les « noms un peu gaulois » (cités par le Dr SAFFRAY, en 1883) qui ont été attribués à la Mercuriale annuelle, justement en raison de ses propriétés médicinales : Chiole, Cagarelle, Caquenlit. Dans le patois de notre région, on la nommait Foirolle, ou encore Chiteuse (Ph. PIERROT, en 1868)... Vous l’aurez deviné : « notre » Mercuriale est un redoutable purgatif, ce qui fait sa toxicité !

*

NB: Les mots en orange sont des liens... N'hésitez pas à cliquer dessus...!
Pour lire l'article précédent (Anemone hepatica, l'Anémone hépatique), cliquer ici.

Publié dans Flore de Meuse

Commenter cet article

François 10/04/2006 13:54

Philippe> Aaah... le son de la Mercuriale, le soir au fond des bois... :))
Dieudeschats> Tout un langage oublié, celui de la Renaissance...!

dieudeschats 10/04/2006 13:19

"deux iours après que les femmes auront esté purgées de leurs fleurs"Quel poète, ce Matthiole !! ;-p

philippe charpentier 10/04/2006 13:04

J'ai des euphorbes dans mon jardin et quand ça pète et qu'il y a des invités chacun regarde son voisin ostensiblement....!

François 10/04/2006 12:27

Michel> La Mercuriale des jardins est l'annuelle. Elle fleurit plus tard.Pour ce qui est de la photo, j'ai lu ton article sur les questions que tu te poses pour faire de la macro avec un numérique... Je dois avouer que le numérique ne se prête pas bien à la macro, à moins d'avoir du matériel très sophistiqué... En ce qui me concerne, je dois prendre une douzaine de photos en macro avant d'en obtenir une simplement... acceptable. Une difficulté que je ne connaissais pas avec l'argentique!

François 10/04/2006 12:23

Lili> Merci du compliment... Je rougis... :))Non, la botanique n'est pas mon métier. Simplement un hobby... couplé avec beaucoup de curiosité. Pour chaque plante, je recherche un peu partout le maximum d'informations, que je note (car j'ai une mémoire "à trous") depuis longtemps alors... tout cela s'accumule...!
Grenouille> Il y a probablement d'autres plantes qui utilisent la méthode "Shrapnell" pour la pollinisation, mais je ne les connais pas... Par contre, beaucoup l'emploient pour disséminer leurs graines.Heureux de savoir que ces articles ne sont pas trop chiants: pas toujours facile de rendre la botanique intéressante!Et oui, 1000 fois oui, "A bas la spécialisation"...! Notre société est en train de crever de trop de spécialisation: les gens ont le regard sur les choses et le monde qui se rétrécit de façon lamentable à mesure qu'il s'approfondit...Une époque de spécialistes bornés... :(((