Larix decidua, le Mélèze

Publié le par François

 
Fleurs mâles du Mélèze.

Les Mélèzes que l'on rencontre dans notre contrée lorraine ne sont probablement pas d'origine indigène. Ils résultent sans doute d'une propagation naturelle à partir de plantations.
Contrairement aux autres résineux, leur existence "chez nous" n'est pas aussi négative pour la richesse des sous-bois. En effet, ses aiguilles sont caduques et permettent ainsi la survie d'espèces fleurissant tôt au printemps.

Le bois du Mélèze était utilisé en charpente, dans la construction navale, et même pour le boisage des galeries de mines.
Dans les Alpes, où il est beaucoup plus abondant que dans nos régions, on en fait les revêtements extérieurs des chalets, et il servait en outre à confectionner des bardeaux (petites planches utilisées à la place des tuiles) et des conduites d'eau.
Ces deux dernières utilisations tendent hélas à disparaître actuellement à cause d'un coût de fabrication non compétitif par rapport aux tôles métalliques et aux tuyaux en béton.
Il est toujours regrettable qu'une technique artisanale se perde : c'est, à chaque fois, un morceau de notre histoire populaire qui fout le camp...

 Comment le reconnaître : C'est, dans nos régions, le seul membre de la famille des Pinacées à avoir des aiguilles caduques, c'est à dire qui tombent en hiver.
En automne, il contribue activement à l'embellissement de nos forêts par la belle couleur jaune doré que prennent ses
aiguilles. Remarquez qu'elles sont solitaires sur les rameaux de l'année, en petits bouquets sur les branches plus anciennes. Elles sont fines et molles.

Au début du printemps, attardez-vous pour observer les fleurs femelles du Mélèze : ce sont de véritables petits bijoux d'un rouge vif (Voir la photo ci-dessous).

Etymologie: "Mélèze" est un mot curieux, symbole d'alliance culturelle, en quelque sorte : il est composé des mots gaulois "mel" et latin "larix" qui, tous les deux, désignent cet arbre.
En Latin, "decidua" (féminin de "deciduus") signifie "qui est sujette à tomber", et fait référence aux aiguilles caduques de l'arbre.

*
Pour lire l'article précédent (Enver Hodja), cliquer ici.

Publié dans Flore de Meuse

Commenter cet article

François 12/04/2006 19:04

Philippe> Merci...!
Brigetoun> Je ne l'ai pas mentionné, mais c'est vrai: le Mélèze sent très bon...
La Gre> Aaaahhh... Ces citadins... ;)))
Coum> Pitié... Noooon...! Pas spécialiste...! :)))Le monde croule sous l'action des spécialistes aux connaissances pointues et étroites comme les clampins qui nous gouvernent...Merci tout de même pour le compliment! :)))

Coumarine 12/04/2006 18:33

A la fois poète
A la fois spécialiste...
C'est magnifique!

la gre 12/04/2006 18:12

ça me fait penser que je suis vraiment une inculte  :-Sje dois connaitre une poignée seulement de noms d'arbres...

brigetoun 12/04/2006 16:37

autre raison de l'aimer : l'odeur

philippe charpentier 12/04/2006 14:07

 Belle photo!