Anemone nemorosa, l’Anémone sylvie

Publié le par François

Au spectacle!

Dès le mois de mars, le sol des sous-bois se couvre de petites étoiles blanches, parfois rosées : c’est l’Anémone sylvie qui vient annoncer le printemps.
Chaque plante porte une fleur unique, blanche ou rosée et composée de six à douze tépales.
"Tépale… ? Mais qu’est-ce que ce mot barbare qui ressemble à un revêtement de poêle à frire ?"
me direz-vous…
C’est un mot mixture entre les termes "pétale" et "sépale". 
En botanique, on nomme tépales les pièces qui constituent la fleur, quand elles ne sont pas nettement différenciées en pétales (ce qui est souvent coloré) et sépales (ce qui est généralement vert).

Comme le Tournesol, mais plus modestement, avec moins de panache, la fleur de l’Anémone sylvie suit la course du soleil.
C’est d’ailleurs ce que sont en train de faire celles de la photo, que l’on croirait au spectacle :
elles nous tournent le dos avec mépris, absorbées dans la contemplation du soleil qui descend sur la vallée de l’Othain.

Et lorsqu’il, pleut, qu’il fait gris, ou tout simplement que vient la nuit, l’Anémone "remballe sa marchandise" : elle replie ses tépales et baisse la tête pour protéger le cœur de la fleur.

Etymologie et légendes : On n’est pas sûr de grand-chose quant au nom des Anémones…
Une seule chose est certaine : en Grec ancien, "anemos" désigne le vent.
Selon certains auteurs, la fleur porte ce nom parce qu’elle aime pousser dans les endroits venteux, ce qui convient en effet à certaines espèces d’Anémones…
Selon d’autres, il faut voir l’origine du nom de ces plantes dans le fait que leurs graines sont emportées par le plus petit souffle d’air, ce qui est exact mais pourrait s’appliquer à mille autres plantes…
Gaston Bonnier (1853-1922) nous dit que
"dans les temps anciens, on prétendait que la fleur des anémones ne pouvait s’ouvrir que par le vent."
Il est vrai que ces fleurs frémissent à la moindre brise,
ainsi que le rappelle Alfred De Musset (1810-1857) dans son poème
"A la mi-carême" :

"…C'est dans le mois de mars que tente de s'ouvrir
L'anémone sauvage aux corolles tremblantes.
Les femmes et les fleurs appellent le zéphyr ;
Et du fond des boudoirs les belles indolentes,
Balançant mollement leurs tailles nonchalantes,
Sous les vieux marronniers commencent à venir…
"

Et en effet, selon certaines légendes, Anémone fut une nymphe assidûment courtisée par Zéphyr dieu du vent, et époux de Flora, déesse des fleurs. Cette dernière, jalouse et furieuse, transforma la nymphe en fleur. Mais l’amour est plus fort que tout, et depuis, l’Anémone s’épanouit au moindre souffle du vent,
auquel elle s’abandonne…
Dans le langage des fleurs, l’Anémone symbolise l’abandon !

On voit que les avis sont partagés quant à l’étymologie de l’Anémone.
Voici donc une autre explication, que je viens d’inventer, mais qui me paraît tout aussi plausible que d’autres qui ont pu être évoquées.
L’idée m’en est venue en constatant que le calendrier républicain, qui fut en vigueur de 1792 à 1806, nommait Ventôse la période allant du 18 février au 20 mars de notre calendrier.
En effet, cette période était depuis toujours (et bien avant les débuts de la république!) considérée comme la plus venteuse de l’année.
Or, c’est précisément vers la fin de cette période que commencent à fleurir nos Anémones.
J’en conclurais donc que la plante s’est vu attribuer ce nom car elle commence à fleurir à la saison considérée comme la plus venteuse de l’année.

"Nemorosa" signifie, en Latin, "couverte de forêts".
Quant à "sylvie", il ne s’agit bien sûr pas du prénom, mais d’un adjectif, synonyme démodé de sylvestre, c’est à dire "des bois", ou "sauvage", par opposition aux espèces cultivées.
Une sorte de traduction de nemorosa, en somme…

*
Pour lire l'article précédent (Larix decidua, le Mélèze), cliquer ici.

Publié dans Flore de Meuse

Commenter cet article

Elizabeth 19/04/2006 23:17

C'est une fleur que j'aime beaucoup ; merci de nous la présenter si complètement; en particulier, je ne connaissais pas le terme de tépale. A retenir.

Osmanthe 15/04/2006 10:15

Merci beaucoup pour ton passage sur mon blog et ton commentaire.
l’Anémone sylvie est une très jolie fleur blanche ,  j'adore lorsqu'elles forment un grand tapis dans la fôret  c'est magnifique je trouve en plus les prochaines photos leurs serront dédiées .
Ton blog est très intérèssant , je reviendrais lire les autres articles .
Je te souhaites un excellent week-end de Pâques .
 

Michel 14/04/2006 23:49

J'ai découvert cette semaine qu'il y a des tapis d'anémones dans le petit bois où je vais régulièrement.... je fais des découvertes !!!

malisan 14/04/2006 10:48

Bonjour ! Merci pour toutes ces divagations, digressions, explications... bravo pour tes articles toujours très intéressants. Bises, Malisan

Grenouille de Bénitier 14/04/2006 00:25

Bravo pour la photo, pour le texte, pour l'histoire, pour le poème, pour tout.