Le ventre de la bête

Publié le par François

Sur une jeune brindille de Chêne pédonculé (Quercus robur), un couple de Hannetons (Melolontha melolontha) alternent séances de copulation et de bouffe...
Il me semble que ces pauvres et belles bêtes se font un peu moins rares qu'il y a quelques années...
Met-on moins d'insecticides, ou se sont-ils adaptés...?
J'ai toujours eu une sainte trouille des insectes mais je ne sais pas pourquoi, cette pétoche s'est toujours accompagnée d'une certaine sympathie pour le Hanneton: douceur et bonhomie opposées à la douleur des traitements qu'on lui impose, sans doute.
*
Pour lire l'article précédent (Arum maculatum, le Gouet), cliquer ici.

Publié dans Vies minuscules

Commenter cet article

François 23/05/2006 09:33

Philippe> Il y a des directives européennes qui imposent des insecticides plus sélectifs et moins agressifs. Je crois plutôt que leur application commence à se faire sentir: le Hanneton ne craint pas le froid...
Linda> Je ne connais pas grand chose aux insectes, mais je les observe tout de même... avec circonspection... :)) Un monde fascinant, il faut le dire.
Colette> Nouvion sur Meuse n'est pas si loin d'ici, et le département des Ardennes commence à une quinzaine de Km d'Othe. Je peux te confirmer qu'il y a bien encore des Hannetons dans la région... :))
La gre> C'est plus facile quand ils sont sur les branches que quand ils trainent dans l'herbe... :))
Grenouille> La longueur de leur métamorphose les rend en effet d'autant plus fragiles.

Grenouille de Bénitier 22/05/2006 21:20

Le point de vue est intéressant, je ne les savais pas si poilus. Il paraît que la larve met trois ans pour se transformer en Hanneton et qu'elle a beaucoup de prédateurs.

la gre 22/05/2006 11:02

:-Dj'avais jamais cette face là d'un hanneton  :-D

colette 20/05/2006 15:05

Bonjour François
Ah les hannetons  ! Souvenir d'enfance (nouvion sur meuse (08), nous en  avions en quantité considérable dans les ardennes !
Si un ardennais, pouvais me dire, si il y en a encore !
Colette

Linda1and5 18/05/2006 16:57

Ah François, les traumatismes de l'enfance et leurs empreintes multiples... no more comment. Dommage tout de même pour tous ces insectes qui sont si proches de ta passion : les plantes !!!