Rêve d'évasion.

Publié le par François

Marville.
La trappe du poulailler se soulève à heures fixes, actionnée sans doute par un système d’horlogerie.
Elle ouvre sur un mur large, comme un chemin de ronde, menant au jardin.
Mais bordé de part et d’autre de grillage. On croirait apercevoir des miradors.
L’œil , orange, en profite pour observer les gens au dehors. Libres.
*
Pour lire l'article précédent (La lutte pour la vie), cliquer ici.

Publié dans Vies minuscules

Commenter cet article

François 26/06/2006 14:08

Merci pour vos "comm"...
Coumarine> Tu vois juste... :))
My> Exact...! Mais très honnêtement, je ne crois pas que cette poule soit malheureuse: d'abord, une poule, c'est très con... et puis son "allée" de grillages mêne celle-ci à un vaste jardin où elle peut s'ébattre d'autant plus à l'aise qu'elle paraît seule. Ses "collègues" ont dû finir au pot... :))

My 09/06/2006 11:43

Mince mais c'est "Chicken run" !

lili :0091:: 31/05/2006 21:32

c'est le confinement amélioré pour ces poules
c'est un peu le temps que j'ai actuellement avec la fraicheur en prime, et pas de jolie demoiselle sur les nuages.
bonne soirée et bises

Grenouille de Bénitier 30/05/2006 17:53

Nous n'avons pas assez de considération pour les poules. Mais c'est quand même moins pire que les élevages industriels où elles ne voient jamais la lumière du jour.

coumarine 30/05/2006 14:16

lire...du commentaire que TU en fais évidemmet!!!